Passer au contenu principal

Maman et prof d'enfants extraordinaires

Je suis la maman de deux enfants extraordinaires.  J'ai deux filles que j'adore et que je tente de soutenir, d'aimer, d'encourager et d'aider de mon mieux.  Ce mieux est souvent bien insuffisant à mon goût, mais j'apprends à leur côté à me dépasser et aussi à m'accepter.  Après tout, je dois leur montrer l'exemple si je veux qu'elles me croient lorsque je leur dis qu'elles sont capables, belles et extraordinaires.

Ma plus jeune, a eu, peu après l'âge de 1 an, un diagnostique d'une tumeur bénigne à l'endroit où se joignent les nerfs optiques.  Ma plus vieille aussi a cette même tumeur, mais chez la plus jeune, cette tumeur, qui enveloppe les nerfs optiques, était tellement dense qu'elle a nécessité des traitements de chimiothérapie à raison d'une fois par semaine durant pas loin d'un an et demi.  Ces traitements ont débuté après une panoplie de rendez-vous, de tests et d'attente.  Nous sommes devenus des habitués de l'hôpital : pédiatrie, neurologie, clinique, neurochirurgie, endocrinologie, oncologie et des résonances magnétiques aux trois mois.  Mon mari a pris un congé prolongé afin de s'occuper de notre poupoune de deux ans, car de mon côté je m'accrochais à mon travail comme à une bouée de sauvetage.  Je ne pouvais me résoudre à abandonner la seule chose dans laquelle je me sentais en contrôle, compétente et qui me permettait de canaliser mon énergie. Mon milieu de travail m'a soutenu d'une façon extraordinaire en me remplaçant bénévolement à l'occasion lors des rendez-vous importants.  J'ai même pu amener ma plus vieille en classe alors que la plus jeune recevait des traitements de chimio à l'hôpital accompagnée de son père.

Lorsque ma plus vieille est rentrée à l'école l'année suivante,  elle a eu la meilleure enseignante de maternelle au monde (j'en suis certaine) et a pu évoluer dans un environnement chaleureux.  Toutefois, des difficultés sur le plan de la motricité fine persistaient et, plus tard, au niveau des apprentissages. Elle a donc été évaluée en psychologie, en ergothérapie et en neurologie afin qu'on établisse les diagnostiques suivants: déficit d'attention et troubles praxiques (dyspraxie).

Pendant ce temps, la plus jeune continuait sa chimio.  Lorsqu'elle a terminé ses traitements, on était soulagé.  La tumeur était (et est) toujours là et nécessitait des résonances magnétiques et un suivi rapproché.  Elle avait aussi un retard de langage, de grandes difficultés à prononcer et était très malhabile dans tout.  Elle ne restait pas en place et avait des moments où la colère, les cris et les pleurs étaient ses seules façons de s'exprimer.  Aujourd'hui, je le comprends...mais pas à l'époque.

Elle a fini par être évaluée avant même qu'elle rentre en maternelle : déficit d'attention avec hyperactivité et troubles praxiques (dyspraxie). On avait une petite cocotte qui avait du mal à se faire comprendre, à gérer et utiliser son corps correctement.  Elle a eu la chance d'avoir elle aussi la meilleure enseignante de maternelle au monde (la même que sa soeur). Cette enseignante lui a permis de socialiser et d'évoluer à son rythme. Nous avions pris la décision de la médicamenter pour le TDAH juste avant sa rentrée à la maternelle, car c'était la seule chose sur laquelle il nous était possible d'avoir un impact à court terme.  Mon but était, et est toujours, de faire en sorte que mes filles aiment l'école malgré leurs difficultés.  Les rendez-vous avec tous les spécialistes se poursuivaient pour mes deux filles et à cela s'ajoutait maintenant quelques séances d'été en orthophonie et un suivi en ergothéorapie.

Ensuite, la première année a été une épreuve tellement difficile pour ma plus jeune et pour moi aussi. Son enseignante a su se dépasser, se questionner, remettre en question ses pratiques, bâtir du matériel et chercher avec moi des moyens de permettre à ma fille d'apprendre à lire, à compter et à écrire.  Elle a suivi une formation sur la dyspraxie, a fait venir une CP pour la conseiller, a mis en place un plan d'intervention des plus complet et s'est assurée que ma plus jeune puisse débuter l'apprentissage du doigté sur un portable prêté par l'école, car son écriture était (et l'est toujours en 3e année) illisible. Elle a aussi su gérer les moments d'angoisse et de découragement de ma cocotte qui était très lucide de ses difficultés.  Elle lui a donné des stratégies afin de gérer son excès d'émotion et afin qu'elle puisse persévérer à son rythme. Le plus important, son enseignante l'a acceptée telle qu'elle était et a su lui montrer qu'elle était importante dans la classe. Pour tout cela, je lui en serai éternellement reconnaissante. Merci

Pour mes deux filles, chaque nouvelle année est une source d'inquiétude: pour elles, mais aussi pour moi.  Je ne peux moi-même anticiper toutes les difficultés qu'elles rencontreront, ni les éviter.  Nous apprenons au fur et à mesure qu'une difficulté survient. Je tiens également à ne pas les surprotéger et à leur faire vivre leurs réussites et leurs échecs...afin qu'elles deviennent autonomes et puissent apprendre de leurs erreurs.

J'ai eu la chance d'enseigner à ma plus vieille l'an passé en 5e et j'ai la chance d'enseigner à ma plus jeune cette année en 3e.  Je ne suis pas la prof parfaite, je ne suis pas capable de toujours anticiper leurs difficultés.  Je sais que je ne pourrai jamais exiger de leurs enseignant(e)s de tout prévoir, car même moi je n'y arrive pas.  Je reste lucide. Par contre, je considère avoir eu une grande chance de pouvoir leur enseigner. Mes filles, à la maison le soir et la fin de semaine, ont toujours été assez "intenses".  Elles donnent tout ce qu'elles ont à l'école et, une fois à la maison, elles deviennent des petits monstres à cause de la fatigue et du trop plein de la journée.  La période des devoirs et des leçons a toujours été un réel cauchemar.  Cependant, à l'école, elles sont toutes les deux adorables.  Elles ont certes de très grandes difficultés, mais elles participent et sont toujours tellement gentilles. C'est pourquoi je vous dis que je suis chanceuse de leur avoir enseigné.  J'ai pu les découvrir autrement: pas les petites filles qui pleurent et crient de fatigue, mais les élèves qui sourient et participent toujours.  Je pense que ce bonheur a été également partagé de leur côté: elles ont pu voir leur mère en tant qu'enseignante...avec un peu plus de patience, plein d'idées et de projets en tête.

C'est un immense billet, mon plus long jamais écrit.  Il n'est pas complet: c'est un petit survol de ma vie de maman jusqu'à maintenant.  Tout cela a fait de moi ce que je suis aujourd'hui: une enseignante qui veut par-dessus tout que ses élèves aiment l'école et apprennent. Je ne désire plus les meilleures notes ou que tous soient au même rythme.  Je désire simplement que mes élèves cheminent et prennent plaisir à le faire à mes côtés.  Je désire aussi que les parents de mes élèves en difficulté mettent de côté les résultats scolaires pour s'attarder et féliciter chacun des petits accomplissements de leur enfant. 

L'école, en général, n'est pas faite pour les enfants ayant des difficultés.  Je le vis, je le constate et je tente jour après jour de changer ma façon d'enseigner.   Je le fais grâce à mes filles qui me permettent de devenir une meilleure enseignante.  

Je tiens à remercier tous les enseignant(e)s qui aident et soutiennent les élèves en difficulté et leurs parents. Chacune de vos paroles, chacune des adaptations, chaque communication avec les parents et chacun des moments passés à trouver des pistes de solution font une grande différence.

Pour les intéressés, je vous partage mon tableau Pinterest sur la dyspraxie 

Merci d'être là, merci d'être à l'écoute de vos élèves et de leurs parents et surtout continuez votre beau travail!





Commentaires

  1. Valėrie tu m'impressionnais comme prof (et encore plus maintenant). J'me disais que tu ne devais pas avoir d'enfants pour avoir le temps de tout faire ce que tu rėalisais. Eh ben là je tombe en bas de ma chaise! Quelle personne extraordinaire tu es! J'ai moi aussi un enfant différent. Il a le SGT avec tics sonores +++. Je n"ai pas eu comme toi le courage de le mettre dans ma classe cette année. Disons que j'ai encore un peu de chemin à faire pour accepter sa différence. À chaque fois qu'il fait un gros tic sonore ou physique cela me brise le coeur.

    Merci pour ce beau témoignage. J'ai une élève dyspraxique et sois assurée que je vais consulter tes documents.Joyeuses fêtes à toi et ta famille.


    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Chantale, ton témoignage me touche. Je suis certaine que tu es tout aussi extraordinaire que moi sinon plus.

      Effacer
  2. Je t'ai connue sur le web et ai vite réalisé que tu étais une enseignante merveilleuse. Ensuite je t'ai connue dans la vie et me suis rendue compte que tu étais également une maman sublime et dévouée. Finalement, nous sommes devenues des amies et tu es pour moi une amie sincère et très precieuse.

    Je souhaite donc à Valérie Cadieux, enseignante, maman et amie formidable le plus merveilleux des Noël xxx

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ah! C'est tellement réciproque! Les réseaux sociaux m'ont permis de tisser de nouvelles amitiés précieuses. Il faudra se revoir bientôt, je m'ennuie ;)

      Effacer
  3. Wow! Beau texte touchant. Je suis enseignante en adaptation scolaire au secondaire et maman d'une petite cocotte qui commencera la maternelle l'an prochain. J'aime beaucoup et partage ta façon de voir l'enseignement. Bon courage pour la suite!

    RépondreEffacer
  4. Chère Valérie, merci de partager avec nous ces moments de vie. Je t'ai découverte comme collègue virtuelle, une personne généreuse et inventive. Je crois que le fait d'être maman de petites différentes fait de toi une enseignante qui a le souci d'aider chacun de tes élèves dans leur unicité. Au plaisir de te rencontrer un jour et qui sait, j'arriverai peut-être aussi à partager mon histoire de maman avec des enfants différents.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je serais vraiment heureuse de te rencontrer Martine. Tu es aussi un modèle de partage et de générosité. À bientôt j'espère ;)

      Effacer
  5. Je suis enseignante dans la région parisienne et je suis ton blog très régulièrement sans jamais me douter de ce que tu pouvais vivre chez toi de douleurs mais aussi de richesses.
    Car ces moments de bonheur sont à la hauteur de nos souffrances.
    Nous apprenons la patience, le dépassement de soi, nous apprenons à nous oublier un peu pour mieux "penser" à l'autre, pour "tenter" de se mettre au plus près de leur place.
    Ton combat est ton énergie, tu es formidable et tes filles ont tellement de chance de vous avoir toi et ton mari. Vous sortirez tous les quatre vainqueurs!
    Une enseignante maman qui vit aussi des parcours semés de brousailles.

    RépondreEffacer

Publier un commentaire

Messages les plus consultés de ce blogue

#Jelis20min

#Jelis20min est un projet qui a pour but de motiver les élèves à lire quotidiennement pour une période de 20 minutes. Les exemples proposés dans le billet visent les élèves du primaire, mais cette activité s'adresse également aux élèves plus vieux.  


Ensemble, suscitons le plaisir de lire chez les élèves! 
Cette activité toute simple se déroule durant toute l'année scolaire. Vous pouvez ainsi déterminer à quel moment vous voulez y participer afin de mieux répondre à vos besoins. Il est possible de faire le projet en classe ou de le pousser plus loin en le faisant sur Twitter et en y partageant une publication suite à une période de lecture de 20 minutes: photos, appréciations, dessins, résumés, etc.
Pourquoi 20 minutes?Voici une infographie que j'ai refaite qui explique les bienfaits de lire 20 minutes quotidiennement.

L'infographie originale se retrouve ici:
http://schenkgr4.blogspot.ca/2013/04/why-read-20-minutes-pinterest-inspired.html

Mais encore...Il est possible de com…

Du neuf avec du vieux

Il y a quelques années, quand je me cherchais encore, j'avais ouvert une boutique Teachers pay Teachers.  Cette boutique, il y a longtemps que je ne m'en occupe plus, et aujourd'hui, j'ai pris la décision de la fermer définitivement.   J'ai souvent eu des commentaires ou des offres pour vendre mes produits, mais je me rends compte que ce que j'aime c'est créer et partager... Ma bonne action si on veut.  Je n'ai pas tellement de temps pour faire du bénévolat, j'ai parfois très peu de patience, je suis paresseuse dans tout ce qui touche les tâches ménagères... J'aimerais passer mon temps libre à créer, à m'amuser sur un ordinateur, à penser à des activités, à des projets... Je le fais souvent d'ailleurs... Mais en partageant le tout avec vous, j'ai une excuse. Ah ah ah!
Je vous partage donc maintenant quelques produits qui se trouvaient dans cette boutique.  Vous verrez que dans le document on vous y réfère... N'y allez pas, elle …

Carnet de lecture

Je me lance dans la lecture de romans avec mes élèves.  En fait, ce n'est pas tout à fait vrai, car mes élèves en lisent beaucoup depuis le début de l'année.  Je leur fais également la lecture à voix haute de différents albums et petits romans.  Je voulais me lancer dans une forme de cercle de lecture suite à l'achat de romans en plusieurs exemplaires, mais qui correspondrait à mes envies...  C'est très personnel, mais je n'avais pas le goût de donner des rôles à mes élèves.  Je veux qu'ils lisent, discutent et touchent un peu à tout. J'ai donc préparé un document que j'imprimerai sous forme de grand carnet plié en deux pour chacun des romans proposés.  C'est certain que c'est assez directif et que pour certains élèves cela peut sembler lourd, mais le fait de le faire ensemble et sur un livre choisi par eux pourra certainement alléger la tâche.  Ils ont tout de même la possibilité de lire pour le plaisir de lire à différents moments de la journ…